Darius

Unfold

The Crotals © Julien Barras

Samedi, 22. Septembre 2018
Oh My F*cking God! presents:

Darius Fribourg

Unfold Yverdon

The Crotals Lausanne

Price: 
15.-
Doors: 
21h | Shows: 21h30

 

Darius

Fribourg | Post/Instrumental

Trois guitares défoncées pour assembler des riffs comme autant de briques en équilibre les unes sur les autres. Le total mur du son en pleine face. Darius n'est pas grandiloquent pour un sous; les parpaings sont à nu, le ciment lancé assez foutraquement entre les éléments. On se demande parfois comment le tout tient debout, à voir les cinq gaillards gigoter dans tous les sens et effriter leurs patterns simplistes jusqu'à les reduire à plus grand chose. On fait face à une œuvre de maçonnerie à peine décoffrée, violement executée, suprenante dans sa dimension et sa stabilité. Un monument post-rock à la Facteur Cheval. Bien masculin, bien martial. On n'en voit plus la fin, l'édifice doit être complet. [L. Jucker]

 

Unfold

Yverdon | Sludge/Post-metal

Avec la sortie de son nouvel album ‘Banshee O Beast’, Unfold poursuit sa contribution au côté le plus sombre des musiques extrêmes. Pionnier de la scène post-metal/hardcore européenne, dont il est considéré comme l’un des groupes les plus inventifs et influents, Unfold livre avec ‘Banshee O Beast’ un quatrième album sombre, dévastateur et d’une intensité rare. Plus direct que Cosmogon (2011), ‘Banshee O Beast’ se démarque par ses tempos plus rapides, ses morceaux à la hargne virulente et un sens de l’urgence omniprésent. Unfold transgresse les codes, tropismes inutiles, et s’évertue à répandre l’odeur du sang tout au long d’un album incisif, dont la violence viscérale n’est balancée que par quelques moments plus éthérés et stellaires. Et au final, c’est le goût du plomb que Banshee O Beast laisse dans la bouche de l’auditeur. ‘Banshee O Beast’ a été enregistré au Studio Mécanique à La Chaux-de-Fonds (Suisse) par Julien Fehlmann, Kevin Galland et Karim Pandolfo. Il a été mixé à Tonteknik à Umeå (Suède) par Pelle Henricsson (Refused, The Hives, Meshuggah) et masterisé aux Redmount Studios à Stockholm par Magnus Lindberg (Cult of Luna).

Le groupe:
Bastien (basse), Danek (voix), Elie (guitare), Ian (guitare) et Laurent (batterie). En raison de problèmes de santé (cordes vocales), Danek, le chanteur originel du groupe, n’a pas pu enregistrer ce nouvel album. C’est Louis Jucker (Coilguns, Autisti) qui le remplace sur cet album en tant que chanteur invité. Danek reste le chanteur officiel du groupe et assurera les concerts à la sortie du disque.

Unfold s’est formé en 1996 à Yverdon-les-Bains en Suisse. ‘Pure’, leur premier album est sorti en 2000 sur Division Records. Il a été enregistré, mixé et produit par Daniel Bergstrand (Meshuggah, In Flames).
‘Aeon Aony’, qui a consacré le groupe au niveau international en 2003, a été produit par le groupe et mixé par Pelle Henricsson (Refused, The Hives, Meshuggah) et Magnus Lindberg (Cult of Luna). Cet album a obtenu une licence aux USA chez Codebreaker/Earache Records. Le groupe se met en pause à durée indéterminée en 2004. ‘Cosmogon’, enregistré, mixé et co-produit par Julien Fehlmann (The Ocean, The Rambling Wheels), a marqué le retour du groupe en 2011 après 7 ans de hiatus.

The Crotals

Lausanne | Sludge/Stoner

The Crotals, ce sont trois, puis quatre aficionados qui exercent l'art confus du rock’n’roll depuis une vingtaine d'années. Avec de nombreux concerts inscrits aux carnets de vol de divers groupes, ils poursuivent, simplement et par pur plaisir, là où d'autres se sont arrêtés. Après l'expérience d'un premier album, Fuel ! Flames ! Blast !, sorti en 2015, les Crotals composent Horde et trouvent leur centre de gravité, celui qui relie leur âme et leurs influences. À l'aide de certaines techniques scandinaves, ils expédient un rock extrême et sombre, rincé au goût acide des décombres d'amplis aux membranes sacrifiées. Un appétit vorace, que The Crotals revendiquent pourtant en dehors du genre métallisé d'autres formations plus appliquées à tricoter leur kick et leurs solos. La chevauchée se dérobe, vacille et se retranche, toujours sous l’œil bienveillant de leurs premières amours (Motörhead, Unsane, Sonic Youth, Breach, Crowbar), qu'ils conjuguent avec quelques ténors plus contemporains : Kvelertak, High on Fire et Black Cobra.

Horde est également le fruit de quelques featurings :
Julia (The Giant Robots), qui vient conter une légende suédoise ;
Makro (Sludge, Samael) délivre une flambée de guitares noise dans le killing jokesque Melpomene ;
Denis (Moonraisers) dépose une touche de Brass à un Hello aussi subtil qu'une enclume ;
Randy (Voice of Ruin, Conjonctive), qui pousse la chansonnette sur le très sensible Fissures (expérience concluante, car il s'est depuis greffé au groupe pour les lives).

À l'image du très regretté Lemmy, The Crotals se déploient dans le sillage de l'onde de choc provoquée par la pression sonore des baffles, livrés en liasses de quatre dans leurs cabinets noirs et usés. Enrobés d'effluves saturés, ils s'y pâment avec félicité et font saigner les tubes chauffés à blanc de leurs Marshalls seventies, alors que la couenne des fûts se fait rosser sans grand compromis. Vieux, sourds et jouant fort, ils risquent d’être malvenus dans les clubs sonorement bridés ; ils préféreront rester dans leur local plutôt que de se frotter à d’obscures normes chiffrées.
Ceci dit, les Crotals sont très sympas.

Horde sortira le 7 septembre 2018 en vinyle et CD sur Tenacity Music.
The Crotals, c’est : Guy Borel | guitare et screams Maude Oswald | guitare baryton Fabrice Marguerat | batterie Randy Schaller | screams